L-DIH, le nouveau coup d’avance du Luxembourg

Sans même attendre l’Union européenne, le ministre de l’Économie Étienne Schneider a lancé, lundi après-midi à la Maison de l’Innovation à Belval, le Luxembourg Digital Innovation Hub, qui doit aider l’industrie à embrasser la digitalisation plus vite et plus efficacement.

Source : paperjam.lu
Publication date : 10/01/2019

 

Avant l’heure, c’est pas l’heure... sauf au Luxembourg. Nouvelle illustration, le ministre de l’Économie  Étienne Schneider  a donné le coup d’envoi du Luxembourg Digital Innovation Hub (L-DIH), une première en Europe, dictée par la mauvaise 22e place luxembourgeoise en Europe dans l’intégration des technologies digitales au DESI.

Placé dans le département Relations avec les entreprises de Luxinnovation, au côté des représentants des clusters et du service Market Intelligence,  le L-DIH  sera le point central vers lequel les entreprises de l’industrie pourront se tourner pour accélérer leur transformation digitale.

Quelle technologie adopter? Que faire de la robotisation, de l’intelligence artificielle, du big data ou de l’automatisation? Comment les implémenter correctement dans l’entreprise, qu’elle soit petite ou grande, pour que cela permette à l’entreprise de réaliser des économies et de mieux servir ces clients, voire d’aller à la conquête de nouveaux marchés?

Sept partenaires, un réseau d’experts

Le partenariat réunit les expertises de Luxinnovation, de la Chambre de commerce, de l’Université du Luxembourg, du Luxembourg Institute of Science and Technology, de la Fédération des industriels luxembourgeois, du Fonds national de la recherche et du ministère de l’Économie. Ce sera à eux d’apporter un diagnostic de la situation en fonction des besoins précis des entreprises. Et de trouver des partenaires pour accompagner la transformation des entreprises.

Pour conduire ce projet, que le ministre a placé sous la bannière de la stratégie élaborée par Jeremy Rifkin autour de l’industrie 4.0, Luxinnovation a recruté Marina Guerin-Jabbour. Issue de l’école polytechnique de Grenoble, la Française a établi deux outils du même type aux Émirats arabes unis, à Dubai et à Abu Dhabi, entre 2014 et 2018, pour le compte d’IBM. Elle était depuis le début de l’année en charge du Global Industry Solution Centre à Paris.

Double enjeu pour les fournisseurs

«Nous maîtrisons tous les aspects techniques, ce qui est fondamental pour valoriser l’expertise digitale et promouvoir concrètement l’innovation», a-t-elle commenté, avant d’expliquer qu’elle allait procéder à une sorte de cartographie des fournisseurs de services et de solutions afin de proposer le bon interlocuteur à chaque entreprise.

Et les fournisseurs ont un autre intérêt à se présenter sous leur meilleur jour: l’Union européenne travaille à la création non seulement de ces DIH mais de leur mise en réseau. Une entreprise luxembourgeoise pourrait avoir besoin de compétences qui ne sont pas disponibles au Luxembourg. Le réseau pourrait les lui trouver. Et inversement, les expertises luxembourgeoises pourraient davantage s’exporter auprès d’autres entreprises.

Selon la directrice data de la DG Connect de la Commission européenne, Gail Kent, l’UE a prévu de consacrer 900 millions d’euros dans le cadre financier pluriannuel de l’UE, qui démarre en 2021.

Thierry Labro

paperjam.lu/article/dih-nouveau-coup-avance-luxemb

 

Share this page: