Coronastep

Suivi de l’évolution de la Covid-19 dans les eaux usées

Les chercheurs du Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) travaillent sans relâche pour fournir une vue détaillée de l’évolution de la pandémie Covid-19 en traquant la présence du coronavirus dans les eaux usées du Grand-Duché. Grâce à une méthodologie très sensible, l’équipe de microbiologistes du LIST identifie où, quand, et en quelle concentration le coronavirus SARS-CoV-2 est présent. Complémentaires aux tests cliniques à grande-échelle, ces résultats en temps quasi-réel sont délivrés chaque semaine au gouvernement pour une prise de décision éclairée.

QUI SONT LES SCIENTIFIQUES DERRIère ce projet ?

De la collecte d’échantillons à l’analyse et l’interprétation des résultats en laboratoire, l’équipe du projet Coronastep dirigée par Henry-Michel Cauchie et coordonnée par Leslie Ogorzaly met à profit son expertise en microbiologie environnementale et hydrologie pour lutter contre la pandémie Covid-19.

De gauche à droite : Henry-Michel Cauchie, Leslie Ogorzaly, Cécile Walczak, Delphine Collard, Christian Penny

EN QUOI CONSISTENT LES ANALYSES DES EAUX USées?

En collaboration avec l’Administration de la gestion de l’Eau et les syndicats d’épuration, les chercheurs du LIST collectent des échantillons d’eaux usées de chaque station d’épuration stratégique du Luxembourg de manière hebdomadaire. Par la suite, ils concentrent et analysent en laboratoire lesdits échantillons en procédant notamment à une Réaction de Polymérisation en Chaîne, plus connue sous le nom de PCR.  Ce procédé, identique à celui utilisé pour les tests à grande-échelle, est doté d’une grande sensibilité et fiabilité. Il permet ainsi de détecter le virus dans d’infimes concentrations en reconnaissant des fragments de sa carte d’identité génétique qui lui sont propres.

VISUALISER LES RAPPORTS DE CORONASTEP

Dernier rapport de l'équipe CORONASTEP

Rapports précédents

UNE MOBILISATION à l'échelle nationale

Partie intégrante de la Task Force COVID-19 du réseau Research Luxembourg, CORONASTEP est un projet de recherche soutenu par le Fonds National de la Recherche à travers son appel FNR COVID-19. A travers ce projet, les chercheurs du LIST travaillent en étroite collaboration avec l’Administration de la Gestion de l’Eau (AGE), le Ministère de la Santé, la Direction de la Santé, le Luxembourg Institute of Health (LIH), le Laboratoire national de santé (LNS) ainsi que l’Université du Luxembourg (LCSB).

FOIRE AUX QUESTIONS

Vous ne trouvez pas de réponses à votre question ? Contactez-nous à communication@list.lu

Quand les derniers résultats de l’étude sont-ils publiés ?

Les résultats hebdomadaires voire bi-hebdomadaires issus des analyses de la présence du coronavirus dans les eaux usées sont tout d’abord communiqués au Gouvernement et publiés sur cette page dans les 24h à 48h suivantes. Les conclusions de ces analyses sont également incluses dans un rapport global des acteurs la lutte contre la pandémie et publiées chaque mercredi sur le site du Ministère de la Santé.

Comment lire les graphiques des rapports ?

Le graphique permet d’observer l’évolution du nombre de cas positifs en parallèle du nombre de copies du matériel génétique du coronavirus SARS-CoV-2 retrouvé au Luxembourg au cours du temps. Il est donc possible de constater que les tendances des deux courbes sont relativement similaires. Cependant, aucune corrélation ne peut être faite à ce jour : la courbe du coronavirus dans les eaux usées n’indique pas le nombre estimé de cas positifs. Les chercheurs du LIST travaillent actuellement avec des mathématiciens et modélisateurs afin de pouvoir établir combien de personnes sont infectées par la COVID-19 sur base des résultats obtenus dans les eaux usées.

Est-ce que ces analyses peuvent prédire l’évolution de la pandémie au Luxembourg ?

La forte sensibilité et fiabilité de la méthodologie mise au point par les chercheurs du LIST permet de suivre en temps quasi-réel l’évolution de la présence du coronavirus dans les eaux usées. En comparaison et complémentarité des tests cliniques, ce suivi donne des informations plus précoces – environ 24 à 48h - sur l’évolution de la circulation du virus à travers le pays, mais n’a pas pour vocation de fournir des prédictions. En revanche, cette méthodologie a permis de remonter le temps et de trouver les premières traces du SARS-CoV-2 sur le sol luxembourgeois dès février, grâce à des échantillons des eaux usées datant de cette époque.

D’où est venue l’idée de suivre le coronavirus à travers les eaux usée ?

Ce virus au tropisme respiratoire est différent des autres virus connus jusqu’alors. Les chercheurs du LIST ne s’attendaient donc pas à ce qu’une détection de ce dernier soit possible dans les selles. Dès qu’ils en ont eu connaissance au début de l’année 2020, l’équipe de CORONASTEP s’est mobilisée pour pouvoir le détecter et le suivre dans les eaux usées luxembourgeoises.

Le LIST bénéficie d’une grande expérience en matière de suivi de la propagation des virus au sein des eaux usées. Les chercheurs ont d’ores et déjà des méthodologies et protocoles adéquats pour la surveillance des virus de gastroentérite par exemple.

En savoir plus

Partager cette page :