L’ESRIC dévoile les cinq premières start-up sélectionnées dans le cadre du « Start up Support Programme »

Publié le 24/03/2022

Suite au premier appel à candidatures, le Centre européen d'innovation en matière de ressources spatiales (ESRIC) vient de sélectionner les cinq start-up qui vont participer au « Start up Support Programme » (SSP) et commencer leur pré-incubation en avril 2022.

Hébergé à Esch-sur-Alzette au Luxembourg, l’ESRIC est le centre européen de recherche et d’innovation de référence en Europe en ce qui concerne le domaine des ressources spatiales. Lancé en partenariat avec l'Agence Spatiale Européenne (ESA), l’Agence Spatiale Luxembourgeoise (LSA), l’Institut Luxembourgeois des Sciences et Technologies (LIST) et le Technoport (le principal incubateur technologique du Luxembourg), le « Start up Support Programme » (SSP) de l’ESRIC vise à soutenir les start-up en phase de démarrage dans le secteur des ressources spatiales, à développer leurs modèles commerciaux, à attirer leurs premiers clients et à garantir leurs premiers investissements. Ciblant les applications terrestres et/ou spatiales, le programme de soutien aux start-up est géré avec l’ESA.

La phase de préincubation, qui dure trois mois, permet à cinq start-up sélectionnées de valider des concepts techniques et de les aligner avec les opportunités du marché. Elles bénéficieront d'un soutien en nature, tant pour les aspects techniques que commerciaux de leur projet.

33 candidatures reçues de 17 pays du monde entier

Le comité de sélection, composé notamment de membres de l’ESRIC, du Technoport, de la LSA, du LIST et de l’ESA, a effectué une sélection parmi 33 candidatures reçues de 17 pays du monde entier et couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur des ressources spatiales, qu’il s’agisse de prospection, d’extraction, de technologie robotique, de gestion des déchets, ou encore de fabrication.

Le ministre de l’Economie Franz Fayot a dit : « S’inscrivant dans l’initiative SpaceResources.lu, le programme de l’ESRIC pour soutenir les jeunes entreprises innovantes consolide davantage le rôle pionnier que le Grand-Duché joue dans ce domaine en Europe, tout en contribuant à l’attractivité et à la visibilité internationale de l'écosystème spatial luxembourgeois ».  

« Nous avons eu la chance de rencontrer la prochaine génération d’entreprises du secteur des ressources spatiales, et avons été portés par leur enthousiasme, leurs idées innovantes et leur esprit d’entreprenariat. Les 33 candidatures reçues, dans des domaines très variés, prouvent l’intérêt pour le secteur et son potentiel économique », explique Lari Cujko, en charge du SSP au sein d’ESRIC.

Les candidatures ont été évaluées selon des critères tels que la pertinence du projet en lien avec le marché et/ou l’activité des ressources spatiales, la technologie, les objectifs commerciaux, la planification et l’exécution, et enfin l’équipe du projet. Cinq entreprises ont ainsi été sélectionnées par le jury :

  • Astroport Space Technologies :  Astroport utilise la poussière - ou régolithe - lunaire et la transforme en briques et en matériaux pour l’impression en 3D d’infrastructures lunaires.  Son expertise porte sur les domaines de l'impression 3D pour la construction, de la préparation du site, du traitement et du raffinage du régolithe, de la robotique et de l'architecture spatiale.
  • Anisoprint travaille sur le développement d'équipements permettant l'impression 3D d’outils, de composants, de pièces de réparation et d’éléments structurels en matériaux composites en conditions d'apesanteur et de faible gravité. Leur projet permettra de soutenir le développement, l'extraction et l'utilisation des ressources spatiales.
  • Adventus Interstellar se concentre sur la conception et la construction de systèmes d'atterrisseur-rover basés sur la tenségrité, c’est-à-dire « l’équilibre interne » d’une structure, dû au jeu des forces de tension et de compression qui s'y répartissent. Elle souhaite, grâce à cette technologie, mettre en place des services de déploiement spatial à très faible coût.
  • Four Point vise à réduire l’impact environnemental des mines à ciel ouvert grâce à de nouvelles innovations technologiques focalisées sur la surveillance, l’analyse de big data, et de machines autonomes pour l'extraction et le transport.
  • Orbit Recycling ambitionne de retirer les débris spatiaux de l'orbite terrestre et de les transporter sur la Lune pour les recycler.

Après cette première phase de trois mois, le meilleur projet sera sélectionné pour une phase d'incubation de deux ans, pendant laquelle la start-up pourra confirmer sa proposition de valeur technique et développer davantage son modèle commercial. Un soutien technique et commercial supplémentaire sera fourni au cours de la phase d'incubation, et un financement sous forme d’une subvention pouvant atteindre 200 000 euros non remboursable sera alloué à la start-up.

Une troisième phase de résidence d'une durée maximale de 36 mois sera possible pour cette start-up, afin d'assurer le suivi des développements techniques et la poursuite de la croissance des ventes et de l’ensemble de ses clients.

« Le programme SSP s’inscrit dans une perspective de consolidation d'un écosystème d'acteurs techniques et commerciaux », rappelle Mathias Link, directeur ad-intérim de l’ESRIC.  « Il est l’un des quatre piliers de l’ESRIC et contribuera à promouvoir des modèles de collaboration efficaces avec des entreprises en phase de démarrage et au développement de technologies dédiées à l’utilisation des ressources spatiales. Cette initiative est essentielle pour le développement du secteur et je me réjouis de l’intérêt qu’a suscité ce premier appel ».

Il est prévu que deux appels à candidatures soient lancés chaque année, auprès des start-up du monde entier, pour la première phase du programme. Le premier appel a ainsi été clôturé le 23 janvier dernier et un deuxième appel à candidature sera lancé en juin 2022. Il sera annoncé publiquement lors de l’événement Space Resources Week qui aura lieu du 3 au 5 mai 2022 à Luxembourg.

Contexte :

ESRIC, alimenté par l'Agence spatiale luxembourgeoise (LSA) et l'Institut luxembourgeois des sciences et de la technologie (LIST) avec l'Agence spatiale européenne (ESA) comme partenaire stratégique, a été établi au Luxembourg en août 2020. Outre le développement d'activités de recherche le long de la chaîne de valeur des ressources spatiales, le centre soutient les initiatives commerciales d'acteurs établis et de start-up, permet le transfert de technologies entre les industries spatiales et non spatiales et encourage les partenariats public-privé et les nouvelles initiatives dans le domaine des ressources spatiales.

Partager cette page :

Contact

Pas de photo
Lari CUJKO
Envoyer un e-mail