Dispositif de contrôle de l'adhésion cellulaire

Contexte

Des recherches sont en cours sur un certain nombre de matériaux et dispositifs ayant la capacité de restaurer l'activité de différents tissus et cellules biologiques. Les chercheurs espèrent par exemple pouvoir créer un dispositif implantable qui pourra reconnecter les neurones humains aux cellules post-synaptiques afin de restaurer ou d'améliorer les fonctions neuronales perdues. Certains dispositifs existants comprennent des implants cochléaires et des dispositifs d'interface neuronale pour le système nerveux central pouvant réguler les troubles de l'humeur, l'épilepsie ou les symptômes de la maladie de Parkinson par la transmission de charges électriques avec stimulation cérébrale profonde.

Dans les applications relatives aux interfaces cerveau-machine, il existe un besoin d'interfaces dans lesquelles les connexions synaptiques des neurones peuvent être cultivées sur des substrats artificiels. La croissance devant être contrôlée et dirigée avec précision vers des emplacements définis, ceci a conduit à l'idée d'avoir recours aux étapes de traitement des nanotechnologies : cette technologie permet en effet de créer des canaux, des puits ou des piliers à la surface de puces semi-conductrices et par conséquent de contrôler la croissance cellulaire suivant un schéma prédéfini. 

Description

Le Luxembourg Institute of Science in Technology (LIST) a mis au point un matériau semi-conducteur doté d'une composition originale, qui s'est avéré être un matériau biocompatible non toxique qui inhibe la croissance cellulaire à sa surface. En structurant la surface, la croissance cellulaire peut être dirigée avec précision le long des schémas bidimensionnels ou tridimensionnels bien définis.

Avantages

  • permet la conception de substrats implantables sensibles à la lumière.
  • est particulièrement adapté à l'enregistrement et/ou à l'envoi d'informations directement à partir des cellules contactées par l'implant
  • peut également favoriser la croissance contrôlée des cellules par des stimuli électriques ou optiques

     

Applications possibles

Cette technologie peut être utilisée :

  • in vitro, sous la forme d'outils conçus afin d'étudier la formation et la plasticité de petits circuits neuronaux
  • in vivo, dans des interfaces cerveau-machine, pour lesquelles les connexions synaptiques des neurones cultivées sur des substrats artificiels selon cette invention peuvent être contrôlées et dirigées avec précision vers des emplacements définis

 

 

Domaines de recherche
  • Matériaux

Partager cette page :

Propriété Intellectuelle

Patent application filed in collaboration with the Luxembourg Institute of Health on September 10, 2014 under reference LU 92539 and international patent application filed on September 10, 2015. Published under reference WO201638158.

Demande de brevet déposée en collaboration avec le Luxembourg Institute of Health (LIH) le 10 septembre 2014 sous le numéro de référence LU 92539 et demande de brevet international déposée le 10 septembre 2015. Publié sous le numéro de référence WO201638158.

Types de collaboration

  • Développement conjoint
  • Essais sur de nouvelles applications
  • Adaptation à des besoins spécifiques

Contact

 Séverine IFFLAND
Séverine IFFLAND

Senior Valorisation and Transfer Officer

Envoyer un e-mail
Dr Jean-Sébastien THOMANN
Dr Jean-Sébastien THOMANN
Envoyer un e-mail