RTO, universités et innovation à l'honneur dans Research Policy

Publié le 08/10/2018

Dans le cadre de ses activités liées à l'ingénierie de systèmes informés, un chercheur du LIST, Pierre-Jean Barlatier, a co-écrit un article dans Research Policy, une revue scientifique majeure dans le domaine de l'économie et de la gestion de l'innovation (classée dans le Top 50 des revues par le Financial Times). Cet article co-écrit avec Eleni Giannopoulou et Julien Pénin, deux collègues de l'Université de Strasbourg (France), est intitulé « Same but different? Research and technology organizations, universities and the innovation activities of firms » (« Identiques, mais différents ? Organisations de recherche et de technologie, universités et les activités d'innovation des entreprises »). Concrètement, qu'est-ce qui a été mis en évidence ?

RTO et universités, différentes mais complémentaires

Ensemble, ils se sont concentrés sur deux éléments clés du paysage de la recherche publique : les organisations de recherche et de technologie (RTO) et les universités. Toutes deux à mi-chemin entre la science et l'industrie, celles-ci sont souvent considérées comme étant identiques, mais des études récentes ont souligné les différences entre les deux. Grâce à leur étude économétrique à grande échelle, ils ont mis en évidence le fait que :

  • Le rôle des RTO dans des systèmes d'innovation ouverts et mis en réseau ne peut être considéré comme similaire au rôle des universités.
  • Les entreprises qui voient les RTO comme des sources de connaissances plus importantes que les universités présentent des caractéristiques d'innovation différentes, sont plus susceptibles d'innover dans les services et investissent moins dans la recherche et développement au niveau interne, mais sont moins susceptibles d'introduire des nouveautés sur le marché ou des innovations constituant une première mondiale.
  • Les décideurs politiques doivent reconnaître la différence et les complémentarités possibles entre les RTO et les universités.

«Les entreprises doivent comprendre que les RTO et les universités ont des missions et des capacités différentes. En particulier, les RTO sont non seulement des organisations de transfert des connaissances ; elles contribuent à la création de connaissances avec leurs entreprises partenaires et/ou à élargir les capacités d'innovation des entreprises », ont écrit les auteurs dans leur document.

>> Consultez l'article « Same but different? Research and technology organizations, universities and the innovation activities of firms » sur le site Web de ScienceDirect .

LIST, le RTO luxembourgeois

Un acteur incontournable dans le paysage de la recherche luxembourgeois, le LIST est également l'unique organisation de recherche et de technologie du Luxembourg et est membre actif de l'Association européenne des organisations de recherche et de technologie (EARTO), surtout depuis l'élection d'Aziz Zenasni, directeur des programmes du LIST, en tant que membre du conseil d'EARTO au début de l'année 2017.

Au service de l'économie nationale et européenne et de la société grâce à ses activités de recherche appliquée dans l’innovation des matériaux, l'innovation digitale et l'innovation environnementale, le LIST est localisé au Belval Innovation Campus, un site exceptionnel où sont regroupés les acteurs de la recherche luxembourgeoise. Parmi ces acteurs, l'Université du Luxembourg se trouve à seulement quelques mètres du siège du LIST. Avec l'université, le LIST mène différents projets de recherche, en particulier dans le cadre de la formation doctorale. La complémentarité entre un RTO comme le LIST et les universités est un atout indéniable pour la recherche et l'innovation, ainsi que pour l'industrie. En 2017, 30 % des partenariats du LIST ont été signés avec des universités renommées, principalement de France, de Belgique, d'Allemagne et du Royaume-Uni.

Partager cette page :

Contact

Dr Pierre-Jean BARLATIER
Dr Pierre-Jean BARLATIER
Envoyer un e-mail